UNICA logo


UNICA :  PRÉPARATION DE L'AVENIR
- Concept et Stratégie


Jul1 2013

Portrait of Georges Fondeur.Réflexions et commentaires au sujet du questionnaire joint se fondant sur le projet de réforme d’Art Hovenessian.

Introduction

Les propositions d’Art Hovanessian formulent le postulat que, si l’UNICA entend continuer demain et après-demain à être un acteur important dans le concert du cinéma d’auteur, elle devrait pouvoir remettre en question et ses structures et son organisation.

C’est ici que se pose la question essentielle :
De quelle organisation aurons-nous besoin demain et comment doit-elle se positionner dans un avenir plus lointain ?

Il s’agit donc très clairement de la mise en place d’un concept nouveau, si tant est que nous sommes d’avis que, à la longue, le concept actuel ne
génère plus ou plus guère de potentiel de développement, voire d’évolution. Le vieillissement progressif des structures, c'est-à-dire des clubs et de leurs membres actifs, de même que l’appauvrissement de nombreux pays avec son train de réductions des subventions pour activités culturelles, surtout dans le domaine non professionnel, a de quoi nous inquiéter réellement.

Ces soucis sont d’autant plus justifiés quand on voit à quel point le recrutement de nouveaux membres se fait difficilement dans nos pays bien que, jamais par le passé, le film n’ait tenu une place aussi grande qu’aujourd’hui, surtout de la part des jeunes, que ce soit en utilisant la caméra vidéo, l’appareil photo, du téléphone portable ou d’autres média.

En résumé : tout le monde s’accorde pour dire que, au niveau de nos structures, clubs, fédérations, UNICA une évolution en profondeur s’avèrera nécessaire dans un laps de temps pas trop éloigné, au risque de manquer le train pour l’avenir.

1: Quelle UNICA pour demain et après-demain ?

Chaque concept pour être couronné de succès a besoin d’un développement stratégique dynamique. Quand on sait ce qu’il faut faire, il faut nécessairement se poser la question du comment.

S’agit-il dans un premier temps de porter nos efforts sur le recrutement de nouveaux pays à l’aide d'actions de marketing offensives? Il se peut que ce soit une voie à suivre. La seconde question est celle de savoir si l’UNICA est à même d’accueillir nombre de nouveaux membres dans ses rangs, cela même avant qu’une prise de conscience n’ait été opérée au sein de ses membres traditionnels ? Il faudrait en tout état de cause bien réfléchir si et dans quelle mesure une stratégie qui ciblerait prioritairement de nouveaux pays est compatible avec le concept actuel.

Il ne mène à rien de philosopher plus en avant à ce point du raisonnement. Il n’en reste pas moins que tout un chacun qui assume des responsabilités à quelque niveau que ce soit, devrait se livrer à des réflexions sur un nouveau concept adapté à notre époque. Un document dressant un catalogue de revendications et de propositions aux niveaux structurels et organisationnels n'a de sens que quand les opinions convergent sur le concept d’une organisation faîtière au niveau mondial à même de représenter au mieux les intérêts futurs des auteurs de films et de leurs organisations nationales.

Ces quelques réflexions initiales devraient en premier lieu nous faire prendre conscience de l’état actuel de notre organisation et la direction qu’il s’agit d’emprunter éventuellement, ceci compte tenu d’une réforme plus approfondie épousant quelques-unes des idées force du document soumis à examen. Si, à partir de là, une majorité consensuelle et la plus large possible pouvait se rallier à la nécessité d’une réforme de plus ou moins grande envergure, alors il pourrait être possible de présenter et de discuter un modèle provisoire de concept d’avenir dès le congrès 2014 à Piestany en Slovaquie.

L’ensemble des plans stratégiques futurs dépend en effet de la formation d’une volonté commune pour lancer un certain nombre de mesures telles qu'un marketing agressif, la recherche de sponsors, une extension vers les pays des continents américain et asiatique, sans oublier une réforme en profondeur de notre festival annuel.

Le papier stratégique d’Art Hovanessian contient en partie d’intéressantes idées et suggestions pour un renouveau en profondeur. Une analyse détaillée doit maintenant permettre d’établir lesquelles d’entre elles et d’autres encore sont susceptibles de réalisation afin que des conclusions puissent être tirées et les décisions d’importance puissent être prises en toute connaissance de cause.

En tout cas l’UNICA ne devrait à aucun prix se laisser aller à l’adoption de réformes partielles en adoptant à la hâte certaines parties du papier stratégique sans réfléchir d’abord longuement aux conséquences de telles mini-réformes sur l’ensemble du concept actuel et sans mesurer le potentiel de dommages collatéraux pour les idéaux et les objectifs qui ont contribué à son succès jusqu’à présent et qui lui ont été donné en héritage par les « pilliers» qui lui ont donné vie depuis 75 ans.

Un concept est un ensemble et il faudrait se garder de le remettre en question, voire même de le modifier par la méthode dite du saucissonnage.

2 Nouvelle orientation sur les plans organisationnel et stratégique

Que s’agit-il de faire au niveau de l’UNICA, des organisations nationales et des clubs afin que de jeunes auteurs se sentent attirés par les structures en place ?

A ce propos qu’il soit permis de poser la question de savoir si les structures d’aujourd’hui sont encore valables pour servir de plateforme et de
tremplin aux jeunes talents pour leur faciliter l’accès à une carrière dans la branche ? Il existe à notre époque du multimédia nombre d’autres voies plus simples et plus directes pour approcher un public plus nombreux, même un public millionnaire. Il existe par ailleurs des festivals spécifiques destinés exclusivement aux jeunes auteurs sous forme de happening ou autres, où ils célèbrent ensemble leurs films et où, de surcroît, ils peuvent recevoir des prix en espèces intéressants.

A ce stade, la question reste posée de savoir s’il convient de réduire le nombre de médailles au festival annuel et si cette mesure suffit pour en augmenter l’attractivité et l’appréciation?

D’expérience on sait que les participants renoncent plus volontiers à un prix spécial en nature, sous forme d’objet d’art ou autre, s’ils pouvaient l’échanger contre une médaille, quel qu’en soit le métal et quel qu’en soit le nombre. Il n’est certes pas faux d’allouer aux meilleurs des prix en espèces susceptibles, il est vrai, de créer un attrait supplémentaire.

Où se procurer cet argent? Voilà la question qui nécessite réflexion. Il est vain de penser que les organisations nationales vont rogner sur les budgets de leurs concours nationaux pour cofinancer les prix en espèce au festival UNICA. Il s’agit en outre de ne pas perdre de vue que nombre de pays ont des critères de sélection autres que les résultats d’un concours national, si tant est qu’il en existe un dans leurs pays.

l’UNICA en tant qu’organisation faîtière à vocation mondiale est mal outillée pour espérer s’attacher les services de sponsors d’importance et permanents, ceci compte tenu également du fait que son festival se tient chaque année dans un pays différent Les meilleures mesures de marketing ne sauraient remédier à ce constat.

3 Marketing – Extension de l’UNICA

Pratiquer un marketing offensif avec par exemple des invitations avec prise en charge de délégations venues de pays non encore membres, de même que des célébrités du monde du cinéma est sans doute une bonne initiative au sens d’une meilleure communication vers l’extérieur ainsi que pour la création d'une image de marque et d’une renommée accrues dans le monde professionnel et les médias. Or ce genre d’action ne pourra qu’échouer en raison de problèmes de financement. De telles mesures de marketing ou d’autres encore pourraient néanmoins s’avérer utiles pour les organisateurs locaux du festival annuel dans leur recherche de sponsors.

L’édition de matériau publicitaire ou la mise en œuvre d’autres moyens de publicité multimédias est bien entendu envisageable Elle exige toutefois également du temps, de l’argent, sans parler des personnes qui voudront bien se consacrer à de telles tâches. Le manque de ressources rend pour l’instant illusoire l’engagement d’entreprises spécialisées externes. Il ne faut pas oublier non plus que, ce faisant, il pourrait se créer des situations où les intérêts de l’UNICA et de l’organisateur local du festival entreraient en conflit.

Une communication renforcée par le biais des réseaux sociaux ou bien au moyen de pages internet spécialisées à l’intention de nouveaux groupes cibles est susceptible de faire gagner à l’UNICA un certain nombre de nouveaux membres. Il serait également approprié, afin de faire justice à notre revendication d’être la principale organisation mondiale du film non commercial que l’UNICA montre davantage de présence en Asie tout comme d’ailleurs en Amérique du Nord et du Sud et que, ce faisant, elle puisse contribuer à fonder de nouvelles organisations nationales et, par la suite, leur faciliter l’adhésion à l’UNICA.  En agissant de la sorte il faudra bien entendu prendre en compte un certain nombre de facteurs, qu’ils soient d’ordre géopolitique, religieux et autres, tels que des foyers de belligérance qui, les uns ou les autres, pourraient entraver de façon plus ou moins forte la libre création cinématographique, voire même une libre projection des films. 

En dernière analyse il ne faut pas sous-estimer le fait que, par un accroissement des participations à notre festival annuel, soit les temps de projection des différents pays risquent de se trouver écourtés, soit le programme d’encadrement sera aboli, soit encore le festival devra être prolongé d’un ou de plusieurs jours.

Remarques finales

DLes remarques ci-avant peuvent être perçues par d’aucuns comme étant empruntes de scepticisme, voire de négativisme. Il n’en reste pas moins qu’elles ne changeront rien au fait que, dans des temps assez proches, un changement de paradigme s’impose dans de nombreux domaines du cinéma non commercial si l’on veut éviter que l’UNICA et ses structures actuelles basées sur des organisations nationales solides et bien organisées qui, pour leur part, reposent sur des clubs nombreux et actifs, ne viennent à s’essouffler sur fond de clubs en crise et avec eux la le départ de nombre de cinéastes enthousiastes et engagés, que sont les « vrais amateurs » au sens étymologique du terme.

Vouloir inverser cette tendance en n’admettant au festival UNICA qu’une seule catégorie de films, quelle que soit leur origine, cinéastes professionnels, enfants, jeunes, écoles de cinéma ou amateurs « purs » et en les plaçant tous à égalité sur un seul tableau de résultats, ne paraît guère le moyen approprié, ni pour
un relèvement du niveau général des productions ni pour plus d’équité lors de l’évaluation par le jury et, fait plus grave en fin de compte, fait planer un doute sérieux si, moyennant cette voie, la pérennité du film d’auteur et de ses structures pourra être assurée.

Tous ensemble nous devrions réfléchir pour savoir s’il ne serait pas indiqué de charger une personne de confiance d’une mission consistant, en premier lieu, à collecter les réactions et propositions des fédérations mentionnées sur le questionnaire joint. En deuxième lieu, il aura à analyser les réformes structurelles et autres reconnues comme nécessaires en en évaluant soigneusement le potentiel de faisabilité, ceci avec la sérénité, la neutralité et la compétence nécessaires. En troisième lieu, il s’agira pour l’intéressé de dresser un document de synthèse sur les mesures à prendre selon une liste de priorités et avec une indication réaliste du suivi dans le temps.

Cette procédure constituerait un véritable pas en avant dans l’élaboration de conclusions communes afin que les décisions à prendre soient le reflet du consensus du plus grand nombre d’organisations nationales.


Luxembourg juillet 2013
Georges Fondeur.


Membre du Conseil International du Cinéma, de la Télévision et de la Communication Audiovisuelle auprès de l'UNESCO
All information is presented in good faith. 

Alle Informationen ist in gutem Glauben präsentiert.
Toutes les informations sont présentées en toute bonne foi.